Call Us: +4921141618310 - Mail: info@prettyportal.de

Description du projet

Passing Through - Guy Denning & Alexis "Bust" Stephens

Guy Denning | Alexis « Bust » Stephens
« Passing through »

À partir du 22 octobre, la galerie ‘Pretty Portal’ présentera «Passing Through», une exposition avec des œuvres de Guy Denning et Alexis «Bust» Stephens.

Guy Denning et Alexis «Bust» Stephens placent tous deux la figure humaine au centre de leur travail artistique. Guy Denning, qui a déjà exposé à Pretty Portal à plusieurs reprises, rencontre Alexis «Bust» Stephens dans ce dialogue d’artiste.
Alexis «Bust» Stephens, qui utilisait auparavant le psydonyme «Bust the Drip», est devenu le point de mire des connaisseurs et des collectionneurs, notamment à Paris.
La démarche artistique des deux artistes se caractérise par une ligne très vive. Avec leurs techniques de peinture, ils parviennent à unir la diffusion et la résolution, ainsi que la représentation détaillée dans une seule image avec leur manière unique.

Guy Denning, qui utilise principalement les matériaux charbon de bois et craie, est passé maître dans l’art de montrer les expressions et les émotions de ses protagonistes de manière précise et compréhensible en quelques traits.  Alexis «Bust» Stephens, qui préfère l’acrylique et la peinture aérosol, capte le mouvement de ses modèles. Ses lignes montrent des séquences entières de gestes et de poses, et semblent danser avec les personnages sur la toile.

Guy Denning Passing Through

Dans l’exposition «Passing through», les deux artistes montrent des protagonistes qui traversent l’espace et le temps de manière particulière. Des danseurs qui se mettent en scène, portés par des vagues et des fréquences, et des anges qui passent de l’au-delà à notre monde – des figures célestes en transit. Des individus qui explorent leurs limites, sur le chemin de la découverte et en constante évolution, face à l’éphémère.

Des œuvres sur papier et sur toile sont exposées.
L’exposition est visible jusqu’au 26 novembre.

Alexis „Bust“ Stephens

Alexis «Bust» Stephens est né en 1983 à Paris d’une mère française et d’un père jamaïcain. Très tôt, il découvre son talent pour la danse et la peinture et entame son parcours artistique dans la culture urbaine.  Assez rapidement, il attire l’attention pour ses danses de style hip-hop, et est invité à divers concours et jams en France, en Allemagne et dans d’autres pays européens, où il joue avec divers groupes de danse.
Bust aime s’exprimer dans la rue comme l’environnement qui l’entoure, laissant son empreinte tout en gardant une totale liberté d’expression. Expérimentant différentes techniques de peinture, Alexis entre rapidement en contact avec l’immense scène parisienne du street art et du graffiti.  Dès le début, il a décidé qu’il voulait combiner la danse et la peinture dans son style artistique, ses motifs et sa performance.  À cette époque, il a commencé à utiliser l’alias « Bust the Drip » comme un mélange de l’expression d’argot « to bust a move », qui est utilisée dans la danse et sa façon de peindre, où la couleur dégoulinait souvent sur la surface.
Il rejoint le collectif artistique ‘Bang Crew’, dont les membres viennent d’horizons artistiques variés : danse, peinture, vidéo, photographie et musique. Les synergies au sein du collectif lui ont permis de développer de vastes projets tant en France qu’à l’étranger.  Ici, il a découvert qu’il voulait se concentrer davantage sur la peinture, tout en gardant la danse pour sa performance et ses motifs.

L’idée artistique d’Alexis « Bust » Stephens se résout autour de son amour pour le mouvement et les gestes.  Il aime penser le corps comme une somme d’ondes organisées.
«Nous ne sommes pas constitués de grand-chose et pourtant nous vibrons tous et portons une ébullition interne. »
Inspiré par l’expressionnisme abstrait et les graffitis, il transcende le mouvement et l’énergie qu’il ressent dans ses œuvres.  Alexis vit et respire les idées du «grand geste» et de l’expressionnisme abstrait.  En peignant, il conjugue technique et instinct.  Ses lignes vives proviennent d’ondes et de fréquences qui créent un lien circulaire entre le rythme et la peinture. Ses coups de pinceau, inspirés du geste et de l’expression, semblent à première vue abstraits et discordants, mais formant ses protagonistes dansants au fur et à mesure que ses pièces se développent et s’articulent.

Guy Denning

Guy Denning Angels Passing Through

Guy Denning est né en 1965 dans le nord du Somerset. Dès son enfance, il est obsédé par les beaux-arts et réalise ses premières peintures à l’huile au jeune âge de onze ans, inspiré par de vieux tableaux couverts de poussière qu’un parent lui avait offerts en cadeau. Dans les années quatre-vingt, il se heurte au refus de ses candidatures pour les études des beaux-arts, mais cela ne change pas sa passion pour la matière. Il poursuit des études d’histoire de l’art ainsi que la peinture et acquiert les techniques de divers artistes plus âgés de l’ouest de l’Angleterre. En 1992, il présente ses œuvres en Grande-Bretagne, en 2007 il en résulte des expositions aux États-Unis, en Allemagne, en Italie et en France. Ses œuvres ont été l’objet de nombreuses expositions individuelles ou groupées et elles ont une place dans différentes collections publiques, entre autres celle de la faculté des sciences politiques à l’université de Bristol et à l’université nationale d’Irlande à Galway, ainsi qu’au musée MAGI’900 à Bologne.

Dans ses collages, Guy Denning sait combiner des styles et techniques traditionnelles avec des pochoirs de textes contemporains inspirés par le mouvement punk. Avec son esthétique et le langage visuel politisé, fil conducteur qui traverse son travail, il s’attire le respect des collectionneurs et des amateurs d’art urbain.

« L’art urbain n’est pas un phénomène nouveau. Les hommes ont porté leur présence, leur humour, leurs angoisses et leur fureur dans les rues, depuis que des rues existent, lieu dans lesquelles ces qualités peuvent se faire visible. Elle est la forme la plus démocratique de l’art, un intermédiaire accessible à tous ceux qui ont le besoin de se servir d’elle. Avec la reconnaissance publique et le développement de la culture graffiti au vingtième siècle, le cadre de l’art urbain se déplace de plus en plus des rues vers les galeries modernes. Oui, les modes changent, mais cela ne signifie pas du tout que le graffiti va disparaître. Cette forme d’écriture particulière a toujours été sur les murs. » (Guy Denning)

 

„Passing Through“
Guy Denning | Alexis « Bust « Stephens

22.10.2021 – 26.11.2021
Mardi – Vendredi, 14-19h

Pretty Portal
Brunnenstrasse 12
40223 Düsseldorf

 

Retour en haut