Call Us: +4921141618310 - Mail: info@prettyportal.de

Description du projet

Mixed Reality - FinDAC, SKIO Vermibus

FinDAC, SKIO, Vermibus
« Mixed Reality »

À partir du 8 avril, nous aurons le plaisir de vous présenter « Mixed Reality » avec des œuvres de FinDAC, SKIO et Vermibus.  Nous sommes très heureux d’avoir de nouvelles pieces de FinDAC exposées, et aussi de présenter avec SKIO et Vermibus deux nouveaux artistes très excitants. Dans leurs oeuvres, tous les artistes traitent de la beauté, de l’esthétique et de leur perception dans notre société.

La réalité mixte englobe des environnements ou des systèmes qui mélangent la perception naturelle d’un utilisateur avec une perception artificielle. Cela ressemble un peu à de la science-fiction. Mais si vous regardez le terme d’une manière moins technique, vous réalisez rapidement à quel point nous sommes déjà confrontés de manière intensive à des réalités mixtes. Les médias, le formidable flot d’informations mis à notre disposition par Internet et bien sûr les réseaux sociaux, mettent à l’épreuve ce qui est réellement à tester presque quotidiennement.

Rien n’est comme il parait.
Les trois artistes de l’exposition «Mixed Reality» traitent de ces réalités mixtes.
Dans ses collages, FinDAC montre en effet des protagonistes «déchirés», tout en combinant différentes versions d’un même sujet. Ainsi, il questionne les stéréotypes sexuels et les perceptions coloniales.
SKIO observe que la vie quotidienne devient de plus en plus virtuelle en raison de la domination croissante des médias sociaux.  Dans ses peintures, il examine l’uniformité que notre société impose aux gens et l’exigence de beauté qui s’impose aux femmes en particulier.
Vermibus traite aussi des idéaux de beauté façonnés par la société et les médias. Il humanise ces modèles auparavant dépersonnalisés en les dissolvant littéralement et propose ainsi une critique sociale acerbe de l’industrie de la publicité et de la mode.

Sont exposés des collages, des peintures et des photographies analogiques manipulées.

FinDAC, SKIO, Vermibus
„Mixed Reality“
8th of  April – 13th of  May
Vernissage: 08th of  April 7pm

FinDAC Mixed Reality show

FinDAC

Né à Cork, en Irlande, mais exerçant activement son métier autour du globe, Fin DAC est un artiste urbain autodidacte et non conformiste qui a défini et perfectionné un style atypique de peinture en aérosol qu’il a surnommé « Urban Aesthetics ». Ce style lui a permis une carrière sensationnelle et réussie en un peu plus d’une décennie, grace à ses œuvres, ses serigraphies et ses originaux aujourd’hui très recherchés.
C’est sans aucun doute, désormais, un artiste avec un public international de fidèles collectionneurs.
À travers son travail, Fin explore des thèmes liés à l’émancipation et à l’autonomisation des femmes, réajustant le regard masculin et perturbant les attitudes colonialistes entourant en particulier l’expérience orientale.
Fin est connu pour ses représentations de femmes eurasiennes et s’inspire de l’habillement traditionnel et cérémoniel, dans lequel ces sujets s’engagent. Son intérêt, cependant, n’est pas superficiel ou irréfléchi.  Dans son illustration de ces femmes, Fin DAC recadre les stéréotypes raciaux et sexuels qui les entourent, créant un récit qui célèbre leur sensualité avec une sensibilité culturelle plutôt qu’une appropriation.
Lorsqu’il travaille dans un contexte extérieur, les femmes que Fin DAC peint sont souvent grandes et imposantes, revendiquant la propriété de leur environnement urbain, mais aussi tout aussi féminines, avec des traits classiquement délicats. À travers cette dualité, Fin affirme que les femmes sont à la fois puissantes et vulnérables, esthétiques et intellectuelles, physiquement capables et dotées de profondes réserves émotionnelles.
Bien que ses peintures murales soient présentes dans des pays et des continents du monde entier, Fin reste un artiste outsider de la scène street art, préférant plutôt tracer sa propre voie individuelle avec des projets personnels.

SKIO

SKIO

Dans sa dernière série d’œuvres «Human in the city», SKIO interroge la situation de l’humanité dans un monde moderne et son anonymat oppressant. Dans une vie quotidienne de plus en plus virtuelle à cause de la domination croissante des médias sociaux, ses œuvres examinent l’uniformité que notre société impose aux gens et le standard de beauté imposé à la femme, entre autres. Il est courant de dire que les yeux sont le miroir de l’âme, et en les écartant délibérément, SKIO renforce ce sentiment d’anonymat dans ses œuvres, et fait place à ceux du spectateur pour incarner ces personnages et réfléchir à cette question.
SKIO montre le corps humain dans des décors qui font référence à l’architecture de manière surréaliste, questionnant notre place dans l’environnement urbain. Il joue avec l’esthétique visuelle et les concepts des mondes virtuels.  Certains de ses protagonistes semblent porter des lunettes VR, faisant référence à l’aspect virtuel croissant de notre vie en constante évolution.

Les premières fresques murales de Skio apparaissent en 1993 dans la région niçoise ;  en commençant par des graffitis typiques avant de passer à des sujets romantiques figuratifs nourris par la culture pop et télévisuelle. Aujourd’hui, les œuvres de SKIO mélangent des formes géométriques et des portraits réalistes aux yeux obfusqués.  S’inspirant du mouvement Bauhaus et du surréalisme, il vise un équilibre rare entre géométrie, anatomie et couleur à travers l’exploration des complexités du minimalisme.
SKIO a montré ses œuvres dans de nombreuses expositions et festivals à travers le monde (Paris, Londres, Mexico, Shanghai…) depuis une vingtaine d’années faisant de lui l’un des artistes émergents majeurs d’aujourd’hui.

Vermibud

Vermibus

Du lissage de la peau du visage à la réduction des poches sous les yeux et à l’effacement des rides, en passant par l’agrandissement des yeux et des lèvres, le « photoshopping » du corps humain à la « perfection » est devenu la norme dans la publicité. La beauté est devenue synonyme de succès et de bonheur, et même si la personne moyenne se rend compte que cette prémisse est véritablement fausse, elle continue d’être socialement acceptée et suivie par la grande majorité. Dans les médias sociaux, ces concepts de publicité sont adoptés par les soi-disant influenceurs et transmis à une grande majorité de personnes qui ont commencé à se présenter comme leur propre marque/produit.
L’artiste et activiste berlinois Vermibus a développé une pratique unique centrée sur la critique des standards de beauté contemporains. Il commente les tentatives de la publicité et de la société de consommation, qui visent, en général, à enlever les identités individuelles.

Vermibus a attiré l’attention lorsqu’il a commencé à supprimer les affiches publicitaires de l’espace public, les a modifiées dans son studio, puis les a réinstallées. Dans sa démarche, Vermibus a humanisé des figures auparavant dépersonnalisées, comme moyen de lancer une critique sociale acerbe de l’industrie publicitaire et de ses pratiques sur le corps humain. L’espace public est essentiel au message du travail de Vermibus, et c’est là que son art commence et se termine.

Né en 1987 à Palma de Majorque, en Espagne, Vermibus a commencé à écrire des graffitis au début de son adolescence.
En 2003, il s’installe à Madrid où il explore différents médias et travaille avec des pochoirs et des anti-publicités. Par la suite, il a commencé à travailler pour une agence de publicité en tant qu’illustrateur, et plus tard, en tant que photographe. Fin 2010, Vermibus a déménagé à Berlin et a été captivé par sa scène d’art de rue passionnante et active.  Peu de temps après, il a lancé le projet « Unveiling Beauty », qui a été documenté par le photographe Mark Rigney et le cinéaste Xar Lee en 2015, et a porté son style inimitable à un tout nouveau niveau conceptuel. Le projet a abouti à une série de nouvelles interventions publiques au cours de la semaine de la mode la plus influente à New York, Londres, Milan et Paris. A travers une séquence d’interventions au sein des «Big Four», Vermibus s’est attaché à aborder les enjeux clés des cultes de la beauté, au cœur même de leur création.
Depuis lors, Vermibus a montré ses œuvres dans de nombreuses expositions et publications. Sa renommée internationale lui vaut un nombre croissant de collectionneurs fidèles à travers le monde.

Retour en haut